«Je peux communiquer avec le monde entier, c’est ma passion. Je vais du Nord au Sud, de l’Arctique à l’Antarctique. J’aimerais bien trouver un travail en rapport avec ma formation d’électrotechnicien.» explique Jérôme Calatayud, 32 ans, radioamateur qui arrose toute la planète depuis son domicile de l’impasse des «Hauts-de-L’Echassier», soit une altitude de 45 mètres au-dessus du niveau de la mer. Un vieux principe de télécommunication par ondes radioélectriques veut que plus haut se trouve le point d’émission, meilleure est ladite émission. Sachant que son pylône d’antenne, pivotante à 360°, culmine à 13 mètres au-dessus de sa maison (Photo CL), les conditions optimales pour la pratique de son loisir sont réunies: «Nous utilisons une plage de fréquences qui empêche nos appareils d’émettre sur les radios locales ou nationales.» précise le technicien qui a reçu une formation spécifique d’un an, sanctionnée par un examen délivrant le précieux certificat d’opérateur services amateur (Cosa), à base de droit législatif et de mathématiques.

«Pour communiquer, j’utilise soit l’anglais qui est la langue d’usage, ou le code Q. Les sujets de discussion politiques ou religieuses sont interdits par le droit international. En cas de panne informatique généralisée des systèmes de téléphonie, les radioamateurs seraient des gens précieux.» résume Jérôme Calatayud. Son indicatif: F4GGD.

via www.charentelibre.com