Les chercheurs russes se préoccupent de plus en plus de l’utilisation de l’énergie solaire, ainsi que de la création de centrales spatiales à énergie solaire. Les chercheurs de l’association Lavochkine proposent un nouveau principe pour leur construction.

Les projets actuels de centrales à énergie solaire supposent l’utilisation de piles spatiales très efficaces. Ces batteries existent, mais le projet est cependant difficile à mettre en oeuvre, pour plusieurs raisons. La structure en orbite pour l’accumulation de l’énergie solaire doit être très grande: par exemple, afin de générer 10GW de puissance à 10 pour cent du taux d’efficacité de la cellule photovoltaïque, environ 10 km2 de surface sont nécessaires. Ensuite, la puissance générée devrait être transférée à la Terre sous la forme d’un faisceau de micro-ondes bien ciblées. L’antenne de réception doit ainsi avoir une dimension de 15 km. Un tel équipement est impossible à construire et sa fiabilité ne peut être assurée.

[col-sect][column]Les chercheurs de l’Association Lavochkine proposent de renoncer à l’idée de construire des structures gigantesques et de placer les accumulateurs solaires et les antennes de transmission sur un système de satellites autonomes, contrôlé depuis la Terre. Les chercheurs suggèrent l’utilisation d’ondes courtes sous forme de micro-ondes ou ondes radio millimétriques pour l’antenne. Cela permettrait de réduire par dix la taille des antennes de réception. De plus, les chercheurs envisagent de les placer sur des ballons à une hauteur de 4.000 km. Cette situation fera en sorte que l’ozone moléculaire n’absorbera pas les ondes radio millimétriques. En outre, un ballon peut être placé n’importe où dans n’importe quelle région. Les faisceaux des antennes paraboliques individuelles devraient converger à l’endroit de l’emplacement de l’antenne de réception.[/column]
[column]Pour déployer ce projet, un groupe assez important de photoémetteurs qui transforme le rayonnement solaire directement en énergie est nécessaire. Les fusées modernes permettent de construire des vaisseaux spatiaux équipés de panneaux d’une taille allant jusqu’à 500 m2. Aujourd’hui, l’efficacité photovoltaïque atteint 60 pour cent. Les chercheurs devront créer une structure semi-conductrice capable non seulement de transformer l’énergie solaire, mais aussi rayonnant dans le domaine des hyperfréquences. Un système de commande pour faire fonctionner les engins spatiaux automatiques devra aussi être développé. Les experts estiment que, pour résoudre les problèmes d’une crise énergétique à venir et de se maintenir avec les pays développés, la Russie doit commencer les recherches aujourd’hui.[/column][/col-sect]

Pour en savoir plus, contacts: Valentin Sysoev, directeur adjoint de l’Association scientifique Lavochkine, Khimki – email : sysoev@laspace.ru
Source: Informnauka – 29/09/10
Rédacteur: Nicolas Quenez
Origine: BE Russie numéro 35 (4/10/2010) – Ambassade de France en Russie / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/64645.htm