[col-sect][column]Il n’est pas possible d’installer et d’utiliser un répéteur GSM (ou UMTS) en France sans posséder l’autorisation administrative adéquate ou sans l’accord formel des opérateurs concernés.
Sauf mention contraire, les références sont issues du code des postes et des communications électroniques.

Tout d’abord, l’utilisation d’une fréquence radioélectrique est soumise àautorisation administrative(article L41-1). Les fréquences réservées au service de radiotéléphonie publique GSM 900/1800/ UMTS sont ainsi exploitées par des opérateurs dûment autorisés par l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP).[/column]
[column]Le non-respect de ces dispositionsexpose le contrevenant à des sanctions pénales prévues à l’article L 39-1. De plus, ce même contrevenant peut se voir notifier une taxe d’un montant de 450 €, instaurées par l’article 45 II de la loi de finances pour 1987 modifiée, pour frais d’intervention occasionnés à l’administration.

Enfin, l’utilisateur dûment autorisé par au moins l’un des opérateurs de téléphonie mobile est invité à s’assurer que son appareil comporte lemarquage CE, attestant de la présomption de conformité aux exigences essentielles applicables dans le cadre de la directive R&TTE relative aux équipements terminaux et radioélectriques

source: ANFR[/column][/col-sect]