[col-sect][column]Si dans la vie, les divers objectifs que nous souhaitons atteindre étaient faciles a réaliser, cela se serait. Malheureusement, les difficultés pour les atteindre découragent beaucoup de postulants.
De ce fait, par faiblesse, l’on peut se trouver des excuses et cette facilité permet dans trouver un très grand nombre, l’exemple pour la citizen band est frappant.
Dans les années où la Cibi débarquait en France avec ses minables 22 canaux F.M., pour les pionniers de la pratique de ce moyen de radiocommunication, la conviction pour l’obtention d’une libéralisation du 27 MHz, sur un plan technique et pratique, ne laissait aucun doute.
Tout n’était qu’une question de politique intérieure.
Possibilité d’obtenir plus de canaux, plus de puissance, le droit a l’antenne, le droit au DX International, la reconnaissance d’Utitilté Publique d’un mouvement fédératif, l’autogestion d’une licence individuelle, etc, etc …
Il suffit de lire et relire les très nombreux articles passé dans les revues de l’époque, articles signés par des gens me semble-t-il dont les compétences ne pouvaient être mise en doute, bien le contraire.
Tout ceci avait d’ailleurs motivé le dépôt d’une vingtaine de propositions de Loi.
Il est vrais qu’a cette époque là, la médiatisation de la Cibi était a son apogée. Des artistes très connus en faisait la promotion. Des films l’évoquait dans certaines séquences. Nous avons même eu le bonheur de voir certains représentants du 27 MHz dans l’émission « Les Dossiers de l’Ecran ». [/column]
[column]La presse locale, régionale, les télévisions évoquait ce phénomène de société hors du commun. Le négoce marchait à plein régime.
Et voilà que le téléphone portable est arrivé sur le marché. Nos importateurs, a juste titre, voyant une nouvelle opportunité s’offrir a eux n’ont pas hésité a franchir le pas vers ce nouveau marché.
Est ce la seule des raisons de notre régression, certainement pas.
Nous pourrions épiloguer et écrire des pages et des pages si nous avions pour objectif de nous trouver des excuses a cette régression du 27 MHz et en priorité aux objectifs dont avaient nos anciens et dont la FFCBL/SER conserve toujours d’actualité.
Personne ne peut affirmer que l’avenir de la Cibi est compromise.
Nous avons vu par exemple des phénomènes presque disparaître et revenir en force.
Un exemple, l’accordéon « le piano a bretelles des pauvres » dont plus personne ne parlait presque plus. Depuis quelques années, il est revenu en force et nous voyons fleurir des écoles d’accordéons un peu partout.
La Cibi est un peu comparable (moyen de radiocommunication des pauvres) les communications étant gratuites. Si tous les vrais passionnés continuent à le promouvoir et à défendre les objectifs qui sont ceux de la FFCBL/SER, nous avons le droit et le devoir de penser que tout reste encore possible.
Amicalement votre.

TONTON 12
Président de la F.F.C.B.L-SER [/column][/col-sect]
via FFCBL