A l’occasion de la journée internationale de protection de la couche d’ozone, qui a été célébrée le jeudi 16 septembre, un rapport scientifique de l’ONU a été publié sur l’impact du Protocole de Montréal. Selon cette étude, la couche d’ozone a cessé de se réduire grâce aux mesures prises contre de nombreux gaz polluants.

"Le Protocole de Montréal, signé en 1987 pour contrôler les substances détruisant la couche d’ozone, fonctionne et nous a protégés d’une plus grande déperdition d’ozone" a assuré Len Barrie, directeur de recherche de l’Organisation météorologique mondiale et auteur de l’étude menée avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).
Grâce aux mesures de suppression desgazl’affectant, tels que les chlorofluorocarbones (CFC), la couche d’ozone ne diminue plus. Toutefois, elle n’augmente pas encore. Il faudra attendre quatre décennies pour que cette ozonosphère qui protège la Terre contre les rayons ultra-violets retrouve son niveau de 1980, excepté dans les régions polaires, précise le rapport.

Lire la suite sur maxisciences.com