Le Pr. Robert Richardson, Prix Nobel de Physique en 1996, a dernièrement sensibilisé la presse sur l’inquiétante baisse des stocks mondiaux d’hélium, estimés à seulement 25-30 ans .

L’hélium est un gaz noble aux nombreux usages. En physique, il sert à refroidir les aimants superconducteurs, comme en imagerie par résonance magnétique (IRM). Il est également utilisé dans la fabrication des cristaux liquides LCD et des fibres optiques.

Le recyclage de ce précieux gaz reste très insuffisant, et les stocks sont progressivement gaspillés, notamment par son usage récréatif. Le Pr. Richardson rappelle que ce gaz n’est pas bon marché parce que inépuisable, mais parce que les stocks sont gérés précautionneusement. Aux États-Unis, l’Helium Privatisation Act (1996) garantit le prix du gaz de manière fixe jusqu’en 2015. L’aire de stockage d’Amarillo (Texas) contient près d’un milliard de mètres cubes de ce gaz, soit la moitié du stock mondial.

L’hélium est extrait de sites géologiques, provenant d’une lente dégradation radioactive des roches. Aucune synthèse chimique n’existe pour renouveler les stocks, et il est 10000 fois plus coûteux d’extraire l’hélium de l’air que des mines ou des poches de gaz souterrains.

Aussi le Pr. Richardson espère que les États-Unis, mais également les autres pays possédant des stocks d’hélium, appliquent rapidement des mesures d’économie, en attendant que des solutions efficaces de remplacement ou de renouvellement des stocks soient proposées.

Sources : PhysOrg via spectrosciences.com