Ce site proposera dans quelques jours un service d’assistance aux internautes menacés d’amendes ou de déconnexion par la Hadopi. Ses créateurs s’opposent aux logiciels de sécurisation voulus par le gouvernement.

Les internautes accusés de téléchargement illicite auront bientôt quelqu’un vers qui se tourner. D’ici à quelques jours, sos-hadopi.fr proposera de prendre leur défense. Le site, qui ouvrira le 15 septembre 2010, se présente comme « un service d’assistance technique et juridique face au délit de négligence caractérisée instauré par la loi Hadopi ». Cette sanction est l’ultime étape de la réponse graduée. Les internautes qui n’auraient pas sécurisé leur accès à Internet afin d’empêcher tout téléchargement illicite peuvent être punis d’une amende, voire d’une suspension de leur connexion.
agrandir la photo

sos-hadopi.fr doit leur permettre de prouver leur innocence, sans avoir recours aux logiciels de sécurisation prévus par la loi. Car les créateurs de ce service voient en ces derniers de véritables spywares, espionnant les internautes et consignant leurs activités numériques.

« Par analogie, dans le monde réel, cela reviendrait à installer une caméra dans son appartement afin de surveiller ses moindres faits et gestes. Chacun comprendra qu’il s’agit d’une atteinte violente à la vie privée, ainsi qu’au principe de la présomption d’innocence », expliquent-ils en préambule à la présentation de leur service.

Des militants anti-Hadopi

A ce stade, le site ne dévoile pas ses moyens d’action, ni même si ses services seront payants ou gratuits.
Lire la suite.