Stanislaw Ostqja-Starzewski (à droite), le jeune président polonais de Novanano, et Spas Balinov (à gauche), ancien étudiant bulgare à l'Insa de Lyon et directeur de la société, ont présenté leur système de largage de pico-satellites, un parallélépipède d'aluminium d'à peine plus de 50 centimètres de long qui permet de larguer jusqu'à trois picosatellites séparément.

L’un est brun, l’autre blond, l’un bulgare, l’autre polonais. Arrivés en France à 18 ans, ils furent d’abord membres d’un club de fusée. Aujourd’hui, ils ont 26 ans, des accents charmants, sont citoyens européens et partagent la même passion: le spatial. Réunis par leurs études à l’Insa de Lyon, et après un passage de deux ans dans l’incubateur d’entreprise Crealys, Spas Balinov et Stanislaw Ostoja ont créé Novanano, société spécialisée dans les nanosatellites.

De nombreux acteurs du secteur spatial (équipementiers, intégrateurs…) mais aussi des laboratoires de recherche en biologie, en physique des fluides, cherchent à pratiquer des expériences en micropesanteur pour vérifier le comportement de médicaments, de technologies ou de produits, à des coûts abordables et avec une grande réactivité. S’il existe plusieurs solutions pour effectuer ces tests (vols paraboliques, Station spatiale internationale), les conditions, mais surtout les coûts et les délais, ne permettent pas toujours de répondre à ces besoins. Deux étudiants ont vite compris la nécessité de proposer une solution réactive (moins d’un an), d’où la création de Novanano. Outre des délais d’expérimentation en orbite compatibles avec le cycle de développement des technologies testées et pour un prix réduit (moins d’un million d’euros), les futurs clients bénéficient d’un service clés en main pour envoyer un produit dans l’espace. Formés à l’école de la recherche et de l’innovation, Spas Balinov et Stanislaw Ostoja ont développé une plateforme, FSAT, capable d’accueillir un large spectre de charges selon le concept plug and play. La plateforme fournit à sa charge utile une alimentation électrique, un contrôle thermique, des capacités de télécommunications, une précision de pointage ainsi que la possibilité d’effectuer quelques manœuvres en orbite. Ils ont également développé Flymate, un déployeur de nanosatellites qui peut être embarqué sur tous les lanceurs existants. Enfin, forts de leurs stages en Inde et en Russie, ils ont entamé des négociations avec divers opérateurs pour le lancement des nanosatellites en passagers auxiliaires.
Si on imagine aisément les services de ces nanosatellites, ils n’en sont pas moins accusés d’augmenter le nombre de débris spatiaux. En effet, faute d’être équipés d’un système de désorbitation qui leur permettrait de perdre de l’altitude en fin de vie, ils ne peuvent se consumer dans l’espace. Grâce à des panneaux solaires, une structure gonflable, ou une voile solaire (suivant les orbites sur lesquelles évoluent les satellites), les deux jeunes créateurs d’entreprise ne manque pas de solutions pour préserver la planète.

via CNESMAG
Contact: NovaNano SAS 51, rue Pierre Corneille 69006 Lyon, FRANCE
contact@novanano.com