Jean Guiraud (à gauche) et son compère Bernard Rémy, ont été honorés par le Réseau des émetteurs français pour leurs soixante années d'affiliation./Photo DDM, S.B


[col-sect][column]Plus de 80 ans et toujours branchés ! Le Réseau des émetteurs français, représenté en nos contrées par le Radio club castrais, vient de leur attribuer une plaquette d’honneur spéciale pour plus de 60 ans d’émissions. F9GJ, alias Jean Guiraud, 86 ans depuis peu, F5LCF devenu F3EN, alias Bernard Rémy, 88 ans depuis mai, et F9GQ, Aimé Besset, 88 ans, restent encore reliés à la planète entière grâce à leurs contacts radio.

À ce trio, composé dans l’ordre d’un Mazamétain, d’un Castrais et d’un Carmausin, n’oublions tout de même pas d’ajouter le doyen des radioamateurs d’Europe (!), l’Albigeois Jean Touzot (F8IL), 102 ans le 18 septembre ! Bernard Rémy est un Lorrain d’origine ; réfugié à Castres durant la Guerre, il y est resté, se mariant en 1947 et… obtenant sa première licence radioamateur dès 1948. Passionné par l’électronique et autres composants, il délaisse son premier métier, mécanicien-dentiste, pour devenir dépanneur radio et télévision. « J’ai été employé à Sud avenir radio rue Frédéric-Thomas, précise l’intéressé. Puis, j’ai été embauché chez le dépanneur Novelti, place National (devenue Jean-Jaurès, NDLR), et enfin à Albert électricien rue Mérigonde. »

À ce jour, Bernard n’émet plus, mais il passe encore des heures à l’écoute. Il reste par ailleurs un acharné lecteur de REF (Réseau émetteurs français).

Bernard a eu deux enfants, une fille et un garçon. Ce dernier, Jean-Daniel a « forcément trafiqué, sous la licence F5NQK ».[/column]
[column]« Je suis autorisé depuis 1947, lance à son tour son compère Jean Guiraud, aujourd’hui installé à Blan. Mon père, René, faisait déjà de la TSF, mais son métier c’était la peau et la laine à Mazamet. Puis, en raison de la crise, il prendra une charge d’huissier à Puylaurens. »

Pris par le gène paternel, Jean étudie donc le fonctionnement des radios par correspondance (du fait de la guerre) auprès de l’École centrale TSF. « J’aimais bricoler, construire des récepteurs», confie l’octogénaire, le regard du passionné toujours bien là. En 1947, il s’installe comme commerçant à Puylaurens. Forcément dans la vente et la réparation de radios puis de télévisions. Et c’est Jean Guiraud qui créée le Radio club de Castres en 1969, qui était sous-section de Carmaux depuis 1955 ! Le spécialiste de radio et télé l’était également de sonorisation (le son, toujours le son !). Bernard assurait la sono de l’orchestre puylaurentais Les Joyeux troubadours. « Nous avions fait une tournée en Espagne, et c’est moi qui avais fait les étapes du circuit à partir de contacts réalisés avec des radioamateurs », signale le joyeux drille. Signalons enfin qu’en 1973, Bernard retrouve et épouse sa bien-aimée, Marguerite, qu’il avait rencontrée sur les bancs de l’école primaire. Décidément, cet homme-là, a les passions tenaces.[/column][/col-sect]

La relève assurée
Un jeune homme membre du Radio club de Castres a conquis récemment le titre de champion de France. Laurent Rigal réside à Cahuzac sur Vère. Un champion des trafic radio-amateurs ! Les radioamateurs sont des hommes et des femmes qui pratiquent, sans intérêt pécuniaire, un loisir technique permettant d’établir des liaisons radio avec d’autres radioamateurs du monde entier. La radio d’amateur permet aussi d’acquérir des connaissances techniques dans les domaines de la radio et de l’électronique et de développer des liens d’amitié entre amateurs de différents pays.
via ladepeche.fr