Depuis mi-juillet, une expérience scientifique est menée par le CNRS sur le vol des rapaces à Rocamadour. Une expérience unique au monde, rendue possible grâce à la spécificité du Rocher des Aigles.
Merveilleux outil pédagogique, le Rocher des Aigles de Rocamadour franchit une nouvelle étape dans la connaissance scientifique. Depuis mi-juillet, le parc participe à une expérience avec le CNRS. Après un premier séjour de reconnaissance en avril, Olivier Duriez, chercheur au muséum d’histoire naturelle de Paris, Yann Ropert-Coudert et Akiro Kato, de l’institut pluridisciplinaire Hubert Curien de Strasbourg ont cette fois équipé plusieurs vautours et aigles de balises.
« J’ai travaillé sur le comportement alimentaire de vautours dans le Sud-Aveyron. Mais la spécificité du Rocher des Aigles, où les oiseaux sont à la fois libres et dressés, permet avec la pose de balises GPS très précises (quatre points par seconde), d’étudier le comportement des oiseaux en milieu naturel : la dynamique de vol, la vitesse de montée et de descente, l’utilisation des courants aériens, la stratégie de vol en fonction du vent et de la météo, à quel moment le vautour bat des ailes ce qui est pour lui une très grande dépense d’énergie », explique Olivier Duriez.
[col-sect][column]Un autre type de balise relève le rythme cardiaque. Cette expérience avec les rapaces du Rocher des Aigles permet également de travailler sur l’acuité visuelle des rapaces puisqu’ils obéissent immédiatement au geste du dresseur : « nous relèverons les points GPS dès la levée du poing de rappel du dresseur ».
Le 15 juillet dernier, les premières données ont suscité l’enthousiasme des chercheurs et de Raphaël Arnaud, le fondateur du Rocher des Aigles : un vautour fauve a volé à 1 697 mètres d’altitude. Un vautour de l’Himalaya s’est « contenté » de 1 579 mètres, et un autre vautour fauve de 1 325 mètres. Ce dernier, Henri, a explosé le record connu de vitesse : 122km/h en vol horizontal et 23 m/seconde en descente verticale. Un aigle pêcheur a effectué un piqué à 119km/h et un aigle ravisseur un piqué à 107km/h.
Toutes ces données « une mine d’or pour les chercheurs » feront l’objet d’études mais aussi de publications dans des revues scientifiques nationales et internationales. Voire dans le Guiness Book des records ![/column]
[column]400 oiseaux de 60 espèces
Créé en 1977, le Rocher des aigles accueille maintenant plus de 400 oiseaux (rapaces et perroquets) de 60 espèces différentes. Ses techniques en font un centre de reproduction reconnu au plan mondial : plus de 1 500 volatiles y ont déjà vu le jour, permettant des réintroductions dans le milieu naturel ou des échanges avec d’autres parcs animaliers. Le Rocher participe par ailleurs à la protection de la forêt tropicale au Mexique où le parc a acheté plusieurs hectares et participe à des programmes de réintroduction d’espèces menacées.
Le Rocher des aigles est ouvert tous les jours de 11 heures à 19 heures. Spectacle à 11h30, 13h30, 15 heures, 16h30 et 17h45. Tel : 05 65 33 65 45. www.rocherdesaigles.com

Le chiffre : 1697 Mètres> Vol. C’est l’altitude de vol mesurée le 15 juillet à 15h54 pour un vautour fauve, au-dessus de Rocamadour.
« C’est une expérience unique au monde, qui n’a jamais été tentée jusqu’alors. »
Olivier Duriez chercheur CNRS
source: La Depêche du Midi Edition du Lot Rocamadour via F5ZV[/column][/col-sect]