L’entrée du Soleil dans un nouveau cycle d’activité qui devrait culminer d’ici deux ans se traduit sur Terre par des manifestations spectaculaires, les aurores polaires. Les astronautes de l’ISS ont assisté au spectacle offert par l’une d’entre elles fin mai.
La reprise de l’activité solaire ne fait plus aucun doute. Au mois de février nous annoncions le retour des taches solaires, puis le 13 avril survenait une énorme éruption de matière coronale. D’autres phénomènes éruptifs similaires se sont déroulés depuis. Ils sont sous la surveillance constante des sondes Stereo dont les images sont mises à disposition des amateurs désireux de surveiller les sautes d’humeur de notre étoile, dans le cadre du réseau Solar Stormwatch.
Après chaque éruption, le plasma solaire qui s’échappe dans l’espace atteint la Terre quelques jours plus tard et entre en interaction avec la magnétosphère terrestre. Les particules énergétiques solaires suivent les lignes du champ magnétique de notre planète qu’elles perturbent au point de les briser. Les cinq satellites de la mission Themis ont montré que la reconnexion de ces lignes de champ s’accompagne de bouffées énergétiques à l’origine des aurores polaires. Ces draperies célestes doivent leurs belles couleurs aux atomes d’oxygène et d’azote de l’atmosphère terrestre excités par les ions solaires.
Lire la suite…small>