6 fois par jour, jusqu’en septembre, de très brèves impulsions lumineuses seront émises simultanément depuis les installations de l’Observatoire de Paris et de l’Observatoire de la Côte d’Azur vers le satellite Jason 2. Crédits : OCA.

Depuis le 7 juin 2010, les Observatoires de la Côte d’Azur et de Paris réalisent des tirs laser vers l’espace. Et plus précisément vers l’instrument T2L2 du satellite Jason 2. L’objectif de cette expérience coordonnée par le CNES ? Synchroniser des horloges à distance avec une précision inégalée.

2 horloges à atomes froids

« L’Observatoire de Paris possède des horloges atomiques (1) extrêmement précises, parmi les meilleures d’Europe et peut-être même du monde. Par contre, elle n’a pas de station laser, raconte Philippe Guillemot, chef de projet T2L2 au CNES. De son côté, l’Observatoire de Côte d’Azur dispose d’une station laser transportable mais pas de très bonnes horloges. On a donc fait un échange ! »

Ce chassé croisé d’instruments a permis aux scientifiques d’avoir 2 stations laser associées à 2 horloges à atomes froids – « ce qui se fait de mieux en matière d’horloge » – et de tenter de synchroniser ces horloges à distance.

L’idée est alors de s’appuyer sur l’instrument T2L2 (Transfert de temps par Lien Laser) développé par l’Observatoire de la Côte d’Azur et le CNES, actuellement dans l’espace à bord du satellite Jason 2.

Lire la suite…small>