L’opérateur commercialise une option permettant à ses clients de bloquer les logiciels de P2P sur trois PC. La Hadopi n’aurait pas fait mieux.

La Hadopi en a rêvé, Orange l’a fait. Depuis hier, jeudi, le fournisseur d’accès à Internet propose à ses clients une option « contrôle du téléchargement », disponible sur saboutique en ligne. Facturée deux euros par mois, elle leur permet de « contrôler l’activité des ordinateurs connectés sur [leur] ligne Internet, en matière de téléchargement peer to peer ».
Une manière pour les internautes de se prémunir contre l’usage illicite de leur ligne ADSL. Mais un porte-parole de l’opérateur reconnaît que « cette protection offerte par ce logiciel n’a aucune valeur juridique ». Autrement dit, il ne permettra pas aux internautes accusés à tort de téléchargement illicite de prouver leur bonne foi auprès de la Hadopi. Ce rôle sera celui des logiciels de sécurisation prévus par la Hadopi, mais dont les spécifications n’ont toujours pas été publiées (*).

Quoi qu’il en soit, les ayants droit devraient se réjouir de cette initiative même s’ils peuvent penser qu’elle arrive bien tard : cela fait des années qu’ils demandent aux fournisseurs d’accès de lutter activement contre le piratage. Sans succès, jusqu’à aujourd’hui.
Lire la suite…