[col-sect][column]Christophe de F1MOJ, Anne Feltz SWL, Eric de F5TKA, au seuil de promotions professionnelles dans un monde économique où la brutalité est plus éclatante que jamais, souhaitent se retirer des postes à responsabilités de notre association.

En feuilletant notre numéro JAF 38 à la maigreur inquiétante, je me vois aussi perplexe que devant d’autres associations que je fréquente, affaiblies elles aussi par l’anémie chronique des membres (moi compris) et d’autres toutes aussi malades dont j’entends parler.

Je ne crois pas aux mobilisations populaires, nous n’en sommes plus là.
Même le REF-Union a du mal à surnager.

C’est vrai que sur notre forum où, en d’autres temps, des polémiques au ton acerbe se développaient, il règne maintenant le silence entrecoupé de qqs réussites de lâchés de ballons stratosphériques qui nous auront lassé dans qqs années.

Que qqs membres encore actif en profitent pour utiliser la raison d’être de l’AMSAT-France à leur seul profit « boaf » si au moins cela propage l’idée de l’amateurisme, la bonne idée ; s’il ne nous reste plus que la collaboration avec les universités pour exister, c’est à dire prêter nos fréquences radio pour que leurs
satellites existent pourquoi pas. Cela me rappelle ces histoires de roturiers qui se mariaient avec de jeunes aristocrates déchues sans le sou pour bénéficier de la particule et surtout du titre, consécration d’une vie mondaine réussie !

Un/e nouveau Président, un/e nouveau trésorier, un/e nouveau secrétaire seront-ils suffisants à relancer le gout du fer à souder pour tous, j’en doute, ce n’est pas de là que vient la perte de ce gout, mais de toute une attitude comportementale à laquelle nous sommes tous obligés de nous soumettre pour exister. Bien
programmer un Iphone est une aventure, jongler avec Facebook prend du temps, surfer sur le web aussi ; que reste-t-il pour la TSF ?

Pourtant construire un poste de radio à lampe devait, en son temps, nécessiter une sacré volonté pour aboutir. Qu’est-ce qui nous éloigne de cette motivation aujourd’hui ?

C’est la complexité, tout est trop complexe, hors de portée de l’amateur. Combien d’entre nous suivent UNITEC-1 dans sa course vers Vénus ? Cinq, dix d’entre nous peuvent déployer des aériens capables d’accrocher qqs photons issus de son émetteur, et cela ne va pas s’arranger avec le temps (et son éloignement).

[/column]
[column]Qui va écrire les lignes de codes pour faire de la radio sur la carte son d’un PC ?

Qui est capable de faire du temps réel avec un PC (peu importe le système) pourtant c’est indispensable pour activer notre électronique à ses futures possibilités (?).

Qui est encore capable aujourd’hui de tracer un cercle sur l’écran de son ordinateur (oui, je dis bien un cercle pixel par pixel sur la page du bureau) ?

Qui est capable d’interfacer ne serait-ce qu’un poste à galène sur un port USB ou Ethernet du même PC pour écouter sur la carte son le signal ?

Qui est capable de programme un DSP et l’interface sur le dit PC ?

Lorsque vous avez répondu à ces questions, il ne nous restera plus qu’à faire de la radio et là, peut-être intéresserez vous des jeunes à votre/notre cause, mais je n’y crois plus beaucoup.

Se mettre à plusieurs pour ça ?

*Hé, hé, on parle de SDR là* ?

Que nous faut-il ?

D’abord deux ou trois d’entre vous qui connaissent assez bien les principales modulation et bien entendu la démodulation qui va bien pour sortir le signal audio (BF), je parle de math.

Puis deux ou trois d’entre vous qui savent programmer en temps réel :
jouer des flux, des thread et de la pagination mémoire pour placer les données à un endroit où on pourra les retrouver et les traiter.

Puis encore deux ou trois qui savent programmer avec un langage mathématique et graphique de haut niveau (genre Mathlab).

Puis encore deux ou trois qui savent construire une interface radio de l’antenne, préampli, filtre, vers l’interface PC.

Puis deux ou trois qui savent câbler une interface CAN, puis USB, Ethernet, port parallèle, port série voire DMA, bref rentrer dans le PC un signal analogique transformé en numérique et le mettre en mémoire et en fichier.

En admettant que l’on trouve ces gentils membres dans l’AMSAT-France qu’aurions nous ?

Ce qui va se faire de mieux dans l’AMSAT, car si on arrive à jouer de l’ordinateur dans ce registre (SDR) alors vous pouvez captiver du monde.[/column][/col-sect]

Construire un pico-sat on peut laisser ça aux autres AMSAT, mais faire du SDR pour capter nos satellites, démoduler, afficher la TLM ou une image SSTV sur l’écran d’un PC aussi bien Linux, MicroSoft, qu’Apple, alors là, l’AMSAT-France jouerait dans la cours des grands.

Mais ne rêvons pas personne ne fait ça dans le monde, même pas les « amerloques » alors po’v de nous.

Ce n’est plus de l’AMSAT-France dont je parle mais de l’AMSAT-Fin.

Bon, il est l’heure, je vais promener mon cleps…
source: jean-claude.aveni TK5GH via liste AMSAT-F

jean-claude.aveni@wanadoo.fr