[col-sect][column]Le dernier ballon sonde école partit hier dimanche de Courcelles les Montbéliard vers 14h30, a été retrouvé en Foret Noire, dans un arbre … mais à une hauteur raisonnable, ici

Lorsque la nacelle a touché le sol, l’équipe de récupération (F5HLQ, Florent, l’enseignant du Lycée Belin et F1SRX) était à 800 m. Le signal n’a donc jamais été perdu. Florent a même pu apercevoir, l’espace d’une seconde, la nacelle chuter. Le plus long a été de trouver le chemin pour accéder à la nacelle, et d’y faire grimper la Clio : Puis 2 coups de canne à pêche, prodigués par not’ JC, ont eut raison de la chaine de vol.

Il restait presque toute l’enveloppe, ce qui arrive souvent lorsque le ballon éclate prématurément, comme ce fut le cas hier (éclatement vers 25 000 m). Mais malgré le surpoids, le parachute s’était ouvert normalement et la chute s’est faite à une vitesse normale.

Le décodage des trames APRS a été très bon. De notre coté nous avions utilisé 2 stations séparées : un TMD700 (mode APRS) et un mini TNC du type USB TNT V3.0 GPS branché sur le MVT7100 (sortie discri), relié à UIView (windows 7).
[/column]
[column]
F6HOR, positionné en point haut au grand Ballon (68), a pu assurer un décodage jusqu’à basse altitude, dont il nous a fait part via 145.550 MHz (fréquence conseillée pour les chasseurs de ballons écoles, radiosondes, …). D’autres stations, elles aussi bien dégagés, ont pu suivre le ballon très longtemps (F4FUS, F6AIU, …)

Les camescopes mis à bord de la nacelle (et qui avaient déjà été utilisé avec succès lors du précédent vol du Belin, (voir http://ballon2010.ballonsonde.com ) n’ont pas filmé autre chose que la pluie.

Ce lâcher clôture la campagne Franc-Comtoise « Festiciels » qui fut une réussite, grâce au travail des bénévoles du Pavillon des Sciences de Montbéliard, et de Planètes Sciences national, et tout ceci sous la houlette de David.

Les radioamateurs engagés dans les récupérations des nacelles ou qui sont venus nous rencontrer sur place, ont pu se rendre compte de la qualité des échanges entre les intervenants et notre groupe et remarquer combien notre travail est apprécié.
[/column][/col-sect]


Si nous sommes arrivés à ce niveau, c’est tout simplement grâce au travail et à la discipline de tous, quelle que soit la tache : récupération des nacelles, intégration des GPS, constructions techniques, diffusions d’infos, d’alertes, de trajectoires prévisionnelles, écoutes en points hauts, relayage d’infos, tenue de stands, …

Encore une fois : merci à tous pour votre collaboration.
Stéphane F1SRX.