« Une bibliothèque sur une puce » : c’est ce que promet une équipe américaine avec une technique consistant à créer de minuscules structures magnétiques, les nanopoints. Les précisions manquent et la réalisation reste lointaine, mais l’annonce augure de progrès à venir…

Pour miniaturiser encore l’enregistrement d’informations numériques, les nanotechnologies offrent plusieurs pistes actuellement activement explorées. Aux Etats-Unis, l’équipe de Jay Narayan, du département Materials Science and Engineering, à l’université de Caroline du Nord, vient de présenter lors d’un congrès quelques résultats obtenus à l’aide de nanostructures, appelées nanopoints (nanodots en anglais).

Ces minuscules cristaux de nitrure de titane (TiN), contenant également du fer et du platine ne mesurent que six nanomètres de large et présentent des propriétés magnétiques suffisantes pour y stocker un bit (0 ou 1). Spécialisé dans ce domaine, le laboratoire a surtout mis au point une méthode de fabrication conduisant à des cristaux très purs, formés par épitaxie (une croissance des cristaux spontanée mais contrôlée). Ces nanopoints sont créés sur une surface de silicium avec des techniques semblables à celles utilisées pour les circuits électroniques actuels.
Lire la suite