retrouvé … mais pas récupéré ..c’est que nous avons dû annoncer, la larme à l’oeil, à Alain, l’enseignant du Lycée Aragon d’Héricourt, mercredi soir vers 21h00.

Vers 11h00, l’ensemble Tinytrak 3 et le GPS est dans la nacelle. Les 1ers tests montrent que des problèmes d’impédance bouffe le niveau de la télémétrie Kiwi. Il faut rajouter, en série dans la sortie BF du Tinytrak, une résistance pour augmenter l’impédance.

En fait le module GPS est un nouveau, construit récemment pour le Pavillon des Sciences (module appelé PVS M2-1).

Le ballon décolle, l’équipe de recherche aussi, et très vite on s’apercoit que UI View n’affiche pas la vitesse horizontale, ni le cap du ballon. Tiens encore un truc que nous n’avions pas testé sur le module (il avait été testé en statique, mais pas en dynamique) ! Tant pis.

Puis après éclatement vers 31 000 m, à un niveau de 14 000 m, le tinytrak s’affole et envoie sa trame de démarrage de plus en plus rapidement. Bon, ben ce sont les piles (4 piles de 1.5 V) qui alimentent le GPS et le Tinytrak, et ce dernier n’accepte pas une baisse de tension et se déconnecte. Ben tant pis … l’équipe a encore du matériel pour travailler en gonio traditionnelle … En plus Alain a assurer avec l’autonomie de l’émetteur 137,950 en mettant des piles de très bonnes qualités.

Entre temps, nous avions chargé le fichier Overlay (trajectoire prévisionnelle du ballon) fourni par AIU et nous avions constaté que la ballon suivait parfaitement celle ci. On décide donc de poursuivre pour aller vers le point de chute prévisionnel.

On essaie de faire des relevés gonio, vers 16h00, on moment ou le signal baisse, mais bien sur on est en pleine vallée escarpée, avec le ballon qui est passé de l’autre coté.

Mais on arrive encore à entendre un signal (qui s’avérera être à 5 km du point de chute) alors que la nacelle est au sol. C’est déja bien !

Puis en se rendant vers le point de chute prévisionnel, le signal est trés fort. Bien que nous nous trouvions dans une vallée, les relevés gonio sont cohérents, mais c’est surtout l’analyse de la force du signal (nous décalons la fréquence du récepteur) qui nous indique que nous progressons correctement. Puis le signal est entendu sans antenne, mais toujours pas de ballon ! JC (Jean Claude F5HLQ), qui avait avancé la clio pendant que je faisais des relevés en marchant s’est arrété et commence à se déchausser pour enfiler le bleu. C’est bon signe ! JC, t’as vu le ballon ? Non, me répond t-il. Bizarre. Je poursuis le chemin, dépasse JC, puis constate que le signal est derrière. Je lève la tête, la nacelle est tout la haut.
JC avait garé la voiture au pied du ballon !

En parallèle, cela fait plusieurs minutes que le Tinytrak envoyait de nouveau une trame. JC avait mis en route le TMD700 (qui peut décoder de l’APRS), mais les trames sont celles de démarrage du Tinytrak, donc sans position. Mais, vous me croierez si vous le voulez, une fois que nous avions vu la nacelle dans son arbre, le TMD700 décode une trame valide avec la position bonne !
La, c’est de la provoc !

la nacelle est vers ce point :(non diffusé ici)

Il nous faudrait bien 30 à 45 mn pour parcourir les 500 m (mesuré horizontalement !) qui nous sépare la nacelle et la Clio. JC grimpe sur un foyard qui se trouve à une dizaine de mètres du sapin où se trouve la nacelle, et avec la canne à pêche munie d’un gros hameçon, il tente de tirer sur les cordes. C’est bizarre, d’habitude il manquerait 1 mêtre de canne, mais la, c’est juste. Mais avec JC, c’est toujours bizarre, et finalement, en essayant d’agripper cette satanée nacelle, on casse un bout de la canne à pèche … et la c’est un peu court. On persiste, JC redescend pour essayer par un autre arbre, moi je sors le lance pierre, la ficelle et les olives de pèche, mais je suis à environ 30 m de la nacelle, le lance pierre n’a pas assez de force.

Finalement, après avoir laissé divers ustensiles de pêche accroché dans les arbres (2 gros hamecons, 50 cm de scion de canne à pêche, 4 olives de pèche, 2 x 30 m de ficelle, …) et passé presque 3h00 perché sur un foyard (ca c’est pour JC), on abandonne.

La seule possibilité de récupérer cette nacelle serait de grimper au sapin concerné, mais avec des griffes d’élagueur (JC n’a que des griffes de poteau France Télécom …). D’ailleurs, qui pourrait nous préter des griffes d’élagueur ? ou nous en vendre, ou nous en fabriquer, … ?

Bon, retour à la voiture, puis casse croute en ville, puis arrivée à la maison vers 2h00 ce matin.

Journée bien remplie, mais agréable.

En conclusion :

Très bonne prévi, nickel les overlays, bravo Francis.
Prévoir de travailler en mode dégradé (gonio dans notre cas).
Module GPS : solutionner problème d’autonomie, paramétrer le GPS pour envoyer la phrase NMEA pour le calcul du cap.
Un équipement qui s’arréte subitement peu se remettre en route subitement (cas déja vécu sur le ballon d’Héricourt l’année dernière, cas rencontré sur une M2K2, …).
Quand vous voyez JC en train d’enfiler le bleu de travail, c’est que la nacelle n’est pas loin !

L’équipe de récupération, F5HLQ et F1SRX.

Note du 27/4: La nacelle a été récupérée par l’enseignant et un élagueur le samedi 25 avril