Des élèves de Seconde ont envoyé, récemment, un ballon pour capter des mesures.

Les jeunes s'affairent. Après avoir gonflé à l'hélium leur ballon, ils le lâchent. Ce dernier finira sa course en mer, près de Nice.

Ils étaient fébriles. Le jour où une classe de Seconde du lycée Rimbaud devait envoyer un ballon-sonde dans les airs, les 18 élèves qui ont participé au projet se demandaient si tout allait bien se passer. Au stress du décollage, succédait rapidement le plaisir de la mission accomplie. Heureux, ces jeunes filles et garçons auront assisté au premier aboutissement d’un projet qui remonte à la rentrée des classes.

Avec Jean-Claude Desarnaud, leur professeur de Mesures physiques et informatiques (MPI), les élèves ont participé à la mise en place d’une nacelle avec des capteurs embarqués, destinés à relever des mesures dans l’atmosphère à l’aide d’un ballon-sonde. Et, grâce à Planète science Méditerranée, qui a fourni le ballon, l’hélium, le parachute, un émetteur, les jeunes pousses de Rimbaud ont pu relever de nombreuses mesures: température, pression, vitesse, lumière du ciel… Neness, c’est le nom du ballon-sonde, a donc donné une quantité de mesures. « Maintenant, les élèves étudieront toutes ces mesures en cours de SVT, explique Jean-Claude Desarnaud, qui mène un tel projet depuis quatre ans sur l’établissement de Michèle Amolini. Mais, pour la première année, nous avons pu embarquer un capteur GPS, qui nous a permis d’avoir, grâce à une collaboration des radio-émetteurs des Bouches-du-Rhône, une position permanente du ballon. »

Ce qui a permis de savoir que le ballon est monté jusqu’à 32,5 km d’altitude (soit environ trois fois plus haut qu’un avion de ligne), avant d’éclater. « Tout s’est passé au-dessus d’Antibes et de Nice. Il est tombé dans la mer. Maintenant, on attend que quelqu’un nous le récupère. Ce sont des choses qui sont déjà arrivées et les personnes ont pu le retrouver. Là, on attend, on espère le retrouver car les élèves avaient embarqué une caméra vidéo. Il ne va pas trop falloir tarder si l’on veut récupérer les vidéos. Mais bon, les élèves ont déjà un millier de données à exploiter… »

De quoi bien occuper les heures de cours jusqu’à la fin de l’année pour ces élèves de Seconde.

Pour suivre le projet: http://jcdesarnaud.free.fr/Ballon_2010/ballon_2010.html

source: laprovence.com