Norbert Heydel (à gauche) et le président André Antonio. (Photo DNA -E.C.)

En quête de reconnaissance

L’assemblée générale de la Fédération française de la citizen band libre / Service emergency radio (FFCBL/SER), se tient aujourd’hui à l’Espace 110. Hier, entre deux averses, il y a eu des démonstrations et un débat sur la reconnaissance d’utilité publique.
Entre 2000, lors de l’assemblée générale nationale de la cibie à Mulhouse, et 2010, les rangs de la radio citoyenne ont fondu au soleil. « A l’époque nous étions dix fois plus nombreux qu’aujourd’hui », précise le président de la FFCBL/SER André Antonio avec son bel accent de Carcassonne (Tonton 12 pour les cibistes). Et comme aujourd’hui, la fédération ne compte plus 1 200 membres au niveau national, on imagine aisément l’ampleur des pertes enregisdrées au cours de la décénie écoulée. Quoique… …

Pour lire l’article complet :
accédez aux archives de dna.fr