A bord de son ballon, Jean-Louis Etienne pourra se connecter à internet grâce à des satellites de télécommunication à orbite polaire.

L’Arctique n’est pas couvert par les satellites de télécommunication géostationnaires. Ces derniers tournent à 36 000 kilomètres d’altitude dans le plan équatorial de la Terre, loin des pôles, et ils ne couvrent que les régions où les activités humaines sont importantes.

Mais Jean-Louis Etienne pourra pallier cette carence. En se raccordant au réseau de satellites Iridium, composé de 66 satellites à orbite polaire, il sera en mesure de se connecter à internet et de communiquer régulièrement avec son poste de commandement à qui il transmettra les données météorologiques tout en recevant les instructions de routage. Grâce à un téléphone satellitaire, il pourra aussi donner quotidiennement de ses nouvelles à sa femme et ses deux fils. Ces satellites permettront également la transmission en temps réel aux laboratoires de recherche des mesures de CO2, et du magnétisme terrestres qui seront effectuées tout au long de l’expédition par des sondes embarquées sur le ballon.

Bien qu’il parte en solitaire, Jean-Louis Etienne ne sera donc pas coupé du monde.
source: lci.tf1.fr