Loisirs. Ce week-end, des centaines de passionnés se retrouvent au parc des expos pour le salon Saratech.
Aujourd’hui principalement et demain, les radioamateurs se retrouvent au parc des expositions de Castres pour y tenir le fameux salon Saratech. Deux journées de très haute technologie proposées par l’association Idre basée à Castres: l’institut pour le développement des radiocommunications par l’enseignement présidée par Jean-Claude Prat: « Nous attendons environ de 1000 à 2000 personnes sur ce salon qui viennent d’un peu partout en France mais aussi de pays européens. »

2000 m2 d’expositions avec des présentations et stands de vente de matériels neufs mais aussi du « vide grenier de la radio ». Tous ces passionnées amateurs viendront démontrer de leurs savoir faire dans des disciplines très diverses qui touchent toutes les activités de ces experts des ondes dans tous les aspects des communications qu’ils parviennent à réaliser aux quatre coins du Monde.

Saratech figure parmi les rencontres les plus courues par les pratiquants qui se retrouvent aussi notamment chaque année à Tours, Marenne et Avignon.

Chaque salon a sa spécialité et celui de Castres, qui se tenait il y a quelques années à Muret, est aussi orienté sur les applications du radio amateurisme lié à l’enseignement, une démarche que l’on doit justement au président de l’Idre, Jean-Claude Prat, ancien proviseur aujourd’hui retraité.

Au cours du salon, on trouvera donc tous les liens et pratiques entre radio et CB, de l’informatique aussi, les experts de la TSF ou du morse, la radio militaire, des matériels venus de l’Est, ainsi que toutes les associations. A ce propos, les voisins toulousains seront particulièrement bien représentés. Une ville où l’on compte quatre associations qui viendront à Castres ce week-end end expliquer comment les candidats peuvent se préparer à l’obtention d’une licence d’émission, document difficile à obtenir mais strictement obligatoire pour avoir sa place sur les ondes. Ils présenteront donc le cursus du futur radioamateur et effectueront aussi des essais de transmission numérique.

Un foisonnement d’expériences proposé par des amateurs très pointus, souvent fins bricoleurs et qui trouveront pendant deux jours suffisamment de matière pour confronter leurs points de vue et bonnes idées.
source: ladepeche.fr