Dans un article du Monde d’aujourd’hui 12 mars, intitulé: Chili : le séisme a fait surgir les symptômes du malaise social, par Jean-Pierre Langellier, le correspondant du Monde en Amérique du Sud laisse entendre:
Dans un entretien au journal El Sur, José Antonio Viera Gallo, secrétaire général de la présidence de la République, a reconnu que lui-même n’avait pas pu communiquer avec les autorités des régions sinistrées pendant « plusieurs jours ». A cet égard, les clubs de radioamateurs déplorent que personne n’ait songé à faire appel à leurs services. Ces graves déficiences sont encore plus surprenantes dans un pays à la longue mémoire sismique. M. Piñera a promis de réformer de fond en comble et de moderniser toutes les procédures d’alerte.

Article à lire ici.