La montée en débit des accès ADSL inférieurs à 2 Mb/s pourrait-elle rapidement devenir une réalité ? C’est ce que souhaite l’ARCEP qui publie ses orientations relatives à la montée en débit via l’accès à la sous-boucle locale. Toutefois, les réalités économiques et techniques pourraient barrer la route de ce rêve du triple play pour tous.

Les usages d’Internet et des réseaux ont évolué rapidement ces dernières années. Là où une page web se résumait à du texte et quelques images il y a peu, il faut maintenant compter avec les sites en Flash, le streaming, la VoD et autres services gourmands en bande passante.

Si les internautes bénéficiant d’un accès supérieur à 4 ou 5 Mb/s peuvent profiter des avancées du web mais également de la télévision sur IP (définition standard et même haute définition pour certains), de nombreux foyers doivent se contenter d’une connexion incompatible avec les évolutions présentes et futures.

Le grand coupable de cette fracture numérique est le fil de cuivre. Après plusieurs années au service de nos connexions ADSL, il avoue de plus en plus ses limites pour faire passer de l’information. Entre les lignes trop longues, l’affaiblissement trop important, de nombreux foyers ont dû faire une croix sur le triple play pour se rabattre sur une simple solution à 512 K, voire abandonner tout espoir d’avoir une connexion ADSL.

Alors que la fibre optique s’apprête à prendre le relais dans les zones très denses à court et moyen terme (d’ici 3 à 5 ans), les petits débits de l’ADSL (souvent en zone rurale) n’ont pas de plan de secours pour pallier les défauts du fil de cuivre. Le satellite est encore coûteux (matériel, installation…) et ne procure pas le confort de la technologie ADSL (temps de réponse lent, limitation de volume de données) et le WiMAX se fait toujours attendre.

L’ARCEP a donc lancé une consultation publique afin de trouver une solution pour que les foyers ne disposant que d’une connexion modeste puissent enfin voir leur débit libéré. A l’issue de l’étude des participations et après un avis tiède de l’Autorité de la concurrence, l’ARCEP vient de publier ses orientations.
Lire la suite …