L’utilisation des bandes de fréquences au profit des liaisons point-à-point du service fixe – c’est à dire les faisceaux hertziens nécessaires aux infrastructures des réseaux mobiles et au transport audiovisuel – est actuellement limitée aux fréquences inférieures à 39,5 GHz.

L’intérêt des acteurs pour le déploiement de réseaux fixes point-à-point à très haut débit sur des distances courtes (pour relier des bâtiments en zones urbanisées par exemple) ou bien comme alternative à la fibre là où elle n’est pas économiquement viable, conduit l’Autorité à consulter le marché sur l’usage de bandes de fréquences  » plus hautes  » en vue d’une future ouverture.

Ouverte jusqu’au 28 février, la consultation de l’Autorité porte sur les fréquences 57-66 GHz, 71-76 GHz et 81-86 GHz dans la bande E, qui représente une nouvelle approche de la technologie radiofréquence – la solution du  » dernier km  » reliant l’usager au coeur de réseau – permettant une grande capacité (fort débit) sur de petites distances (quelques centaines de mètres) pour un support multiservices (voix, données, visio,…) à un coût faible (quelques milliers d’euros) .

La consultation est en ligne dès la page d’accueil du site de l’ARCEP.