Au cours des huit dernières années, le projet Tomatosphère a évolué pour devenir une composante à part entière du programme d’études de plus de 11 000 classes au Canada et aux États-Unis. L’équipe du projet Tomatosphère a décidé de reconduire cette extraordinaire initiative pour 2010 et les années suivantes.

Pour l’édition de 2009, les semences du projet Tomatosphère ont séjourné à bord de la Station spatiale internationale en compagnie de l’astronaute de l’ASC Robert Thirsk. Elles y ont été emmenées par Julie Payette et elles sont revenues sur Terre à l’automne 2009.

Les enseignants qui souhaitent prendre part à l’édition 2010 du projet Tomatosphère sont invités à s’inscrire rapidement puisque le nombre de semences sera limité. Au total, seulement 13 000 trousses produites à partir des semences ayant séjourné à bord de l’ISS seront disponibles.

Les fondements du projet Tomatosphère demeureront essentiellement les mêmes au cours des prochaines années : vous procéderez avec vos élèves à un test à l’aveugle. Vous ne connaîtrez donc pas le traitement subi par les semences avant la fin du processus de germination et la présentation de vos résultats. Les élèves apprendront à réaliser une expérience scientifique et compareront les taux de germination des semences. Ils pourront également faire état du rythme de croissance et de développement de leurs plants, ce qui pourrait leur donner le goût de poursuivre des études en sciences et technologies.

L’observation de la croissance des semences favorisera les discussions en classe au sujet des divers éléments nécessaires au maintien de la vie pendant les missions spatiales, soit l’approvisionnement en aliments, en eau et en oxygène et l’élimination du dioxyde de carbone produit par les membres d’équipage. Les voyages entre la Terre et Mars, notre plus proche voisine, pourraient durer jusqu’à trois ans. Il est donc primordial de savoir comment faire pousser les végétaux qui produiront les aliments requis pendant le voyage vers Mars, le séjour sur le sol martien et le retour sur Terre. Les résultats de vos expériences scientifiques aideront à mieux comprendre les enjeux associés aux voyages spatiaux de longue durée.

Les plants de tomates se prêtent très bien aux applications spatiales. Ils constituent une source d’alimentation saine et fournissent de l’eau purifiée par le processus d’évaporation par les feuilles. Les élèves d’aujourd’hui sont les botanistes, les chercheurs en sciences spatiales et les explorateurs martiens de demain! Les spécialistes du soutien technique et même les astronautes qui participeront aux futures missions spatiales pourraient très bien se trouver parmi vos élèves! Voici donc votre chance de prendre part à un VRAI projet scientifique qui facilitera le développement des futurs voyages spatiaux.

source: http://www.tomatosphere.org/fr/