Le satellite Kepler avait été lancé en Mars dernier par la NASA avec comme but ultime de débusquer des planètes semblables à la Terre. Même si nous n’en sommes pas encore là, les résultats sont promettant : les six premières semaines d’observation ont révélé cinq exoplanètes jusqu’alors inconnues.

Ces cinq nouvelles planètes sont toutes plus grosses que la Terre, plus chaudes, et ont une orbite beaucoup plus resserrée autour de leur étoile.
Elles présentent en plus d’étranges singularités : l’une d’entre elles est
moins dense que du polystyrène, et deux autres sont plus chaudes que
l’étoile autour desquelles elles gravitent.

Pour accomplir sa mission, Kepler scrute en permanence pas moins de 150 000 étoiles, en mesurant la baisse d’intensité lumineuse provoquée par le passage des planètes devant leur étoile. Après analyse des données, les scientifiques peuvent estimer la densité et la température de celles-ci.

Kepler est le meilleur atout des Américains pour parvenir à détecter la première planète semblable à la Terre, contenant de l’eau liquide, et pouvant accueillir la vie telle qu’on la connaît. Le temps est compté car les Européens équipés de leur satellite COROT lancé en 2006 sont très forts pour la course aux exoplanètes.

Sources :
SpaceToday.net, 05/01/2010, « Kepler discovers its first five exoplanets »
http://www.spacetoday.net/Summary/4827