Alors que l’Asie reste une région en forte expansion économique, démographique et industrielle, la question de l’impact à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et…) des émissions entraînant la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu…) de l’air se pose. Pour la première fois, une étude montre que l’augmentation sur la partie Ouest des Etats-Unis de l’ozone troposphérique, un polluant nocif pour l’homme, est due à des émissions venant d’Asie. Par le jeu de conditions météorologiques, celles-ci ont été transportées vers l’Est à travers le Pacifique.

L’étude, menée par la NOAA (1), croise les nombreuses données (Dans les technologies de l’information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d’une chose,…) de différents outils d’observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide…) sur la période 1984-2008, couplant les transports des masses d’air à un inventaire des émissions. Parmi ces observations, celles des avions de ligne du Service d’observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide…) MOZAIC (2) de l’INSU-CNRS ont apporté plus de la moitié des données. Cette étude parait dans la revue Nature du 21 janvier 2010.
Lire la suite