Vous pouvez suivre à la trace le traîneau de Saint Nicolas sur leur écran d’ordinateur, par l’entremise d’un réseau hyper-sophistiqué de radars terrestres, de satellites et de caméras, qui diffusent en direct sur Internet (www.noradsanta.org).

[col-sect][column]Le programme de surveillance aérienne du père Noël a débuté par accident, en 1955, après qu’un journal local du Colorado, où se trouve le quartier général du NORAD, eut publié une annonce publicitaire pour un grand magasin. Cette dernière affichait le « numéro de téléphone exclusif » pour joindre le père Noël, qui s’avéra par erreur être le numéro d’urgence du com­­mandement de la Défense aérienne continentale, soit l’ancêtre de NORAD.[/column]

L[column]’officier en service, Harry Shoup, avait pris la peine d’expliquer à chacun des enfants qu’il aidait le père Noël et qu’il pouvait suivre son trajet sur ses écrans radar, à partir du mo­­ment où il quitte le Pôle Nord. L’année suivante, les enfants ont recommencé à appeler pendant la période des Fêtes. Une tradition était née. Premier « pisteur » du père Noël, le colonel Shoup est décédé en mars dernier, à l’âge de 91 ans.[/column][/col-sect]

« Vingt-quatre heures sur vingt-quatre, 365 jours par an, le NORAD assure la supervision des avions, missiles, véhicules spatiaux et de tous les objets volants au-dessus du continent nord-américain et de ses environs. Même si la tradition relative au père Noël est née par accident, le NORAD n’y a jamais dérogé », explique la direction de l’organisation militaire canado-américaine.

Sur la piste du Père Noël en 3D

En plus de suivre le Père Noël à la trace sur le site Web « NORAD sur la piste du Père Noël », vous pouvez voir son périple dans Google Earth.