Multiplier les prises de vue dans le pays où le secret est un culte n’était pas une mince affaire. Et pour cause : le Préposé fédéral, équivalent de notre CNIL, vient de traîner Google devant le Tribunal administratif fédéral pour son service Street View.
suisse-google-street-view
Lors de la mise en place de cette fonction incrustée dans Google Maps, la Suisse avait sommé la firme américaine de respecter un haut niveau de protection de la vie privée. C’est que des visages et des plaques d’immatriculation encore visibles ou mal floutées permettaient de rendre public les faits et gestes de plusieurs personnes « shootées » par les fameuses Google Car. Une recommandation datant du 11 septembre 2009 avait été adressée à Google, mais par lettre du 14 octobre 2009, « Google [en] rejetait en grande partie [ces] exigences », tout en faisant quelques promesses…
Lire la suite.