Le plan fibre optique, qui sera annoncé courant décembre, serait finalement favorable à France Télécom.

[col-sect][column]Un plan national pour le déploiement de la fibre optique devrait être annoncé en décembre par le président de la République, Nicolas Sarkozy. Son coût est estimé à 30 milliards d’euros, affirme notre confrère « La Tribune ». Il ne devrait donc être financé qu’en partie par le grand emprunt évalué à 35 milliards d’euros tous domaines confondus (voir l’article d’hier d’electronique.biz). Dans les grandes villes où l’investissement est le plus rentable, le déploiement serait entièrement à la charge des opérateurs. En revanche, dans les zones moins peuplées, des appels à projets soutenus par l’Etat seraient lancés. Ce n’est donc pas le schéma de la mutualisation entre opérateurs qui serait privilégié.
«Lorsqu’un opérateur sera retenu, il obtiendra un apport en fonds propres, prêts ou garanties d’emprunt.[/column]

[column] Ces appels à projets seraient pilotés par une structure interministérielle. Pour les zones qui ne verraient émerger aucun projet, le chantier de la fibre optique serait confié aux collectivités locales via des schémas directeurs. Elles pourraient alors recevoir un soutien financier direct de l’État», révèle « La Tribune ».

Ce dispositif avantage de fait France Télécom, qui, avec ses importants moyens financiers, pourra se porter candidat à beaucoup plus d’appels d’offres que ses concurrents. Si elle est acceptée par le Conseil de la concurrence, cette solution pourrait diminuer considérablement la libre concurrence en créant notamment des « monopoles locaux », craignent certains observateurs.
source: electronic.biz
[/column][/col-sect]