Sur les choix techniques pour l’installation de la fibre optique dans les immeubles français, France Télécom se retrouve bien esseulé, alors que l’Arcep et l’Autorité de la Concurrence, ainsi que plusieurs FAI dont Free, se sont tous rangés du même côté.

Les choix techniques du déploiement de la fibre optique en France sont quasiment déterminés définitivement. France Télécom vient de prendre un nouveau revers, puisque l’Autorité de la Concurrence s’est rangée aux côtés de celle des télécoms, l’Arcep, et de plusieurs FAI, dont Free et SFR notamment.

L’enjeu portait sur les choix techniques du déploiement de la fibre. L’Arcep et consorts prônaient la pose d’une fibre optique pour chaque concurrent dans les immeubles, alors que France Télécom souhaitait en installer une seule, partagée entre tous les opérateurs.

Mais, comme c’est le cas dans l’ADSL, cette solution a été plusieurs fois décriée. L’Autorité de la Concurrence a donc tranché : « Le recours à l’architecture multifibre constitue une opportunité unique de ne pas reconstituer de goulet d’étranglement sur la partie terminale des réseaux ». Une situation qui sera « plus favorable aux consommateurs, qui pourront changer d’opérateur rapidement et sans interruption de service ».

France Télécom avait décidé de geler ses investissements dans le déploiement de la fibre jusqu’aujourd’hui, désapprouvant les choix techniques de l’Arcep. Mais le ralliement de l’Autorité de la Concurrence pourrait donc changer la donne, l’opérateur historique faisant désormais office de seul opposant à cette technique. Reste encore à homologuer la décision de l’Arcep.

France Télécom au pied du mur

Si la décision est donc validée, France Télécom sera encore une fois esseulé. Car dans les zones denses, il risque d’être le seul à « fibrer » pour les autres opérateurs. En ce qui concerne les autres zones à couvrir, hormis les zones non-rentables, il se verra imposer la création d’une société commune avec les autres opérateurs.

Le patron de la Caisse des Dépôts, qui a proposé cette solution, soutenue par l’Elysée, s’en est d’ailleurs félicité.

Source: linformaticien.com