États-Unis – Les chercheurs du California Institute of Technology ont fait une avancée technologique prodigieuse dans le domaine des semi-conducteurs.

[col-sect][column]Ils ont travaillé à mettre davantage de puissance dans leurs composants semi-conducteurs tout en réduisant la consommation d’énergie et même le coût de production. L’industrie du semi-conducteur est en effet arrivée à la limite de la miniaturisation des composants et la loi de Moore a du mal à s’appliquer.

Les chercheurs ont d’abord tenté d’utiliser des nanotubes ou des nanofils de silicium.
Maintenant, ils se tournent vers une technologie utilisant des molécules d’ADN. L’intérêt de cette approche est que les nanostructures d’ADN [/column]
[column]peuvent servir de mini-circuits imprimés pour l’assemblage précis des composants.
ic-adn

Cette approche permettrait par conséquent d’aller en dessous de la limite actuelle des 22 nanomètres.
source: maxisciences.com[/column][/col-sect]