bal7ilesrDeux fois par jour, Environnement Canada envoie dans l’atmosphère des ballons-sondes à partir de sa station d’observation de l’aéroport de Sept-Îles. Ils servent à relever la température, l’humidité, la vitesse et la force des vents pour prédire la pluie et le beau temps.

Les lâchées de ballons s’effectuent au même moment deux fois par jour partout dans le monde selon une convention de l’Organisation météorologique mondiale. Au Québec, il y a cinq endroits d’où les ballons sont expédiés dans les airs. Les données récoltées par cet outil scientifique aident à l’élaboration de prévisions météorologiques.

«Les ballons-sondes sont lâchés au même moment afin de prendre une photo de l’atmosphère pour démarrer le calcul des prévisions météorologiques», explique André Cantin, météorologue à Environnement Canada. Les ballons récoltent les données de départ permettant au superordinateur du gouvernement de déterminer le temps qu’il fera.

Comment ça fonctionne?

Les ballons sont gonflés à l’hélium. Un petit appareil y est rattachés afin de récolter les données. Le ballon est suivi à partir du sol. Il émet des informations à un radar.

Historiquement, les ballons-sondes existaient pour servir le domaine de l’aviation. Les météorologues ont commencé à utiliser les données récoltées par la suite. Les ballons-sondes ne peuvent être lancés à partir de l’eau. Pour les océans, les scientifiques font appel à des satellites météorologiques.

Source: nordest.canoe.ca