viruspdfMême si celà ne se justifie pas toujours, la grande mode veut qu’actuellement de nombreux documents soient réalisés en fichiers PDF. C’est ainsi que vous sont proposés les bulletins d’informations de l’URC, du REF ainsi que de nombreux magazines électroniques qui fleurissent ça et là. Une absurdité pour certains quand on voit « l’épaisseur » d’un document en PDF, qui pour certains ne contient que du texte et qui mettrait 10 fois moins de temps à occuper de la bande passante si son auteur l’avait réalisé plus traditionnellement en mode texte, html, etc…
Cette multiplication de l’utilisation de PDF d’Adobe a ouvert la porte aux développeurs de virus qui ont trouvé là un nouveau moyen d’infesté votre PC.

Cette semaine, Adobe a reconnu qu’une faille permettait de propager un virus par l’intermédiaire de ses logiciels Adobe Reader, Acrobat 9.1.2 et Flash Player 9 et 10.
Des tests de Symantec montrent que la faille est exploitable sur les PC équipés de Windows XP et de Vista dont le contrôle de compte utilisateur (UAC) est désactivé. Cependant l’entreprise rappelle que, comme la vulnérabilité affecte Flash, les logiciels qui utilisent Flash peuvent également être affectés.

Les hackeurs ont déjà exploité la faille et ils ont deux moyens de perturber les ordinateurs de leur victime : par la visite d’un site web malicieux ou par l’ouverture d’un PDF. Les fichiers malicieux du PDF se nommeraient Trojan.Pidief.G et sont identifiés comme chevaux de troie.

Adobe a annoncé être en train de travailler sur le correctif.

En attendant, le site gouvernemental américain US-CERT propose une solution pour éviter toute attaque.

Dossier réalisé à base d’informations de linformaticien.com.