orange-tourL’opérateur Orange use et abuse de tous ses partenariats dans le monde du sport pour tester de nouvelles technologies à grande échelle. Après la télévision en 3D dans les allées de Roland Garros, c’est la fibre optique qui est généralisée dans le Tour de France 2009.

La grande boucle est cette année en effet très technologique, cumulant différents moyens d’accès à l’internet fixe et mobile. Le tout en plus d’une diffusion sur la TV, le mobile et le PC. Exit les réseaux maillés d’accès à Internet haut-débit via des lignes ADSL ou SDSL, l’opérateur généralise cette fois la fibre optique sur la totalité du parcours du Tour pour atteindre des débits de 155 mbps.

Dans quel but ? Permettre aux différentes chaînes partenaires de diffuser des images de la compétition sportive en haute-définition, aux journalistes d’écrire leurs articles ou aux photographes de transférer leurs images. « Nous devons passer dans des zones où il peut arriver qu’il n’y ait même pas de couverture GSM. Nous devons alors proposer à la fois un réseau mobile 3G/3G+, un réseau WiFi et un réseau fibre », nous précise le directeur technique d’Orange.

Tout du moins pendant le temps du tour, car une fois une étape passée, l’opérateur récupère ses DSLAMs et autres matériels de réseau IP pour passer à l’étape suivante. « Il peut arriver toutefois qu’on laisse une partie de l’infrastructure, notamment pour la fibre, avant de changer d’étape », nous confirme-t-il. En plus du WiFi, réservé aux clients professionnels de l’opérateur, « nous avons testé brièvement le WiMax, sans attendre d’obtenir des licences officielles, avant de nous rendre compte de quelques problèmes techniques, liés au « handover », c’est à dire au passage d’une antenne WiMax à une autre », ajoute-t-il enfin.