Serge Pierru, Yvon Dubois et Gérard Joly sur le poste des opérateurs de Boulogne Radio.

Serge Pierru, Yvon Dubois et Gérard Joly sur le poste des opérateurs de Boulogne Radio.

C’était le 28 février 2000, Boulogne Radio cessait d’émettre. Cette station de radio maritime, lien entre les pêcheurs et la terre, était remplacée par de nouveaux modes de communication. Au Portel, dans les anciens locaux, une équipe de bénévoles s’emploie à en perpétuer le souvenir.
PAR FRÉDÉRIC VAILLANT

Sur un mur, les portraits de Jack et Harold, les deux opérateurs radio du Titanic, surplombent l’ancien poste de travail de leurs homologues de Boulogne Radio. « Tout est tel que c’était à l’époque de la fermeture de la station, début 2000 », fait remarquer Gérard Joly, président de l’Association de sauvegarde du patrimoine maritime (ASPM). Elle porte bien son nom. Depuis quinze ans, ses membres récupèrent divers matériels auprès d’armateurs, entreprises ou particuliers. De ce trésor chargé d’histoire, ces passionnés des ondes et du monde de la mer ont décidé d’en faire profiter le plus grand nombre. Aidée par la ville du Portel qui a acheté en 2004 les bâtiments à France Telecom, une équipe d’une quinzaine de bénévoles se réunit le mardi après-midi à Alprech pour travailler sur un projet de musée. Les choses avancent « mais pas assez vite » regrette Gérard Joly, qui aurait rêvé d’une ouverture en 2008, date du centenaire de Boulogne Radio.
On devine toutefois déjà la disposition de ce lieu, unique en France et qui devrait ouvrir dans deux ans. « L’entrée sera comme l’arrière d’un bateau, avec le portique, les treuils. À droite, il y aura la station terrestre de Boulogne Radio et à gauche une timonerie reconstituée avec radar, compas, etc. et la cabine du radio. » Le reste de la pièce sera occupé par du matériel exposé par époque et les murs décorés de reproductions de timbres postes sur l’histoire de la radio.
Certaines pièces sont très anciennes. On remarque un sondeur de 1933, un récepteur américain et un émetteur allemand de la Seconde Guerre mondiale.
Voilà pour la partie musée proprement dite. Mais l’ASPM, qui compte parmi ses membres d’anciens techniciens radiomaritimes et opérateurs radio de bord, veut que ce site reste vivant et que les émetteurs-récepteurs crépitent de nouveau. « Nous avons donc créé un radio club au mois de juin », explique Gérard Joly. Car pour pouvoir transmettre, il faut une licence de radioamateur. Titulaires de ce précieux sésame, Alain Dannely, Yvon Dubois et Serge Pierru vont faire vivre F8KIH, l’indicatif du radio club. Et comme une partie des fréquences inutilisée à l’époque de Boulogne Radio pourrait être attribuée aux radioamateurs, l’association espère faire revivre ce mode de transmission entre les deux parties du musée, du « bateau » à la station terrestre. •
Le radioclub est ouvert chaque jeudi à Alprech à l’ex-centre radio maritime entre 14 h et 17 h. Rens. 03 21 83 45 35.

source: lavoixdunord.fr