solrDes étudiants de grandes écoles travaillent actuellement à la conception et à la réalisation d’un dirigeable à propulsion solaire. Cet aéronef innovant – le premier du genre au monde – effectuera son premier vol habité dès l’été prochain.

Inspirés par les exploits passés des précurseurs de l’aviation moderne, près d’une quarantaine d’étudiants de grandes écoles d’ingénieurs et de commerce (Insa-Lyon, EPF, Arts et Métiers, Ensimag et Essec) participent depuis près d’un an à une aventure inédite. Intitulée Projet Sol’R, cette dernière consiste en effet en l’élaboration et la construction, de A à Z, du premier dirigeable solaire au monde.

“Notre projet est de créer un ballon qui utilisera l’énergie photovoltaïque”, explique Arnaud Vaillant, étudiant à l’Essec et chef de projet. “Et nous souhaiterions, dans un futur proche, qu’il serve pour des missions scientifiques comme celle que nous préparons actuellement avec l’Agence Spatiale Européenne. A plus long terme, ces dirigeables écologiques et performants auront des applications dans le transport de charges, l’observation aérienne, le tourisme et les télécommunications”.

Un peu de technique
Schématiquement, l’aéronef disposera de panneaux solaires flexibles “dernier cri” (Global Solar de 62 W) disposés sur la partie supérieure de son enveloppe. L’énergie recueillie alimentera ensuite un moteur électrique disposé derrière la nacelle de pilotage, laquelle sera dotée de deux hélices bipales. Quels seraient alors les principaux avantages de cet appareil comparé à un ballon dirigeable classique ?

“Il y en a plusieurs, indique Aloun Vangkeosay, élève à l’Insa de Lyon et responsable technique du projet. Hormis la propulsion solaire – forcément écologique – et le fait que notre ballon soit particulièrement silencieux, nous travaillons beaucoup pour que notre dirigeable devienne une référence au niveau de la manœuvrabilité et de l’autonomie énergétique”. Un double défi technique pour ces élèves-ingénieurs, puisqu’ils doivent en effet résoudre conjointement les difficultés habituellement posées par des aérostats (comme les montgolfières) et des aérodynes (comme les avions).
source: insatiable.insa-lyon.fr

Le premier prototype du projet Sol’R volera pour la première fois au Salon de l’aéronautique du Bourget (du 15 au 21 juin), puis traversera la Manche, afin de commémorer le centenaire de Louis Blériot.