Ivan Carval

Ivan Carval


Symbole encore vivant de la communauté maritime, Radio Vacation Pêche, basée à Saint-Guénolé, reste le dernier lien partagé par tous, entre les hommes au large et les familles à terre.

«Radio Vacation Pêche bonjour. Vacation pour les bateaux de Loctudyet Lesconil». Ivan «avec unI» Carval saisit une liste de navires et égrène les noms dans un combiné de téléphone. «Ar Zantez?» Dans le crépitement de la radio, une voix se fait entendre. Quelque part au large, dans l’Ouest-Bretagne ou le Sud-Irlande, une voix, que l’on imagine à la passerelle d’un chalutier, répond. On entendrait presque, en bruit de fond, le chant de l’Atlantique et le bruit du moteur: «Ar Zantez bonjour, en pêche». La scène se répète ainsi pour les 84 adhérents de Radio Vacation Pêche. «Bugale Sant Yann?» «En pêche, bonne journée» «Eridan?» «Eridan en pêche, à la vente vendredi. Salut». Des échanges brefs. Pas question de discuter le bout de gras avec la terre. «Les informations qu’on reçoit sont des informations pratiques, explique PascalBoccou, trésorier de RVP. Les bateaux expliquent juste qu’ils sont en pêche, qu’ils font route au large ou route terre. Ils disent aussi quand ils comptent rentrer pour la vente. De notre côté, on les informe des cours».

365 jours par an

Des informations transmises par l’opérateur aux comités locaux des pêches et aux capitaineries des ports de la région. «On a des bateaux de Saint-Guénolé, Loctudy, Lesconil, Le Guilvinec. Mais aussi des adhérents de l’Ile d’Yeu et des caseyeurs de Roscoff», poursuit Pascal Boccou. Chaque jour de la semaine, 365jours par an, de 10h à 11h30, une demi-heure de moins le week-end, les vacations sont organisées en tranches. D’abord les bateaux les plus éloignés, dans le nord de l’Irlande ou sur les bancs de Porcupine. Et puis une bonne dizaine de minutes pour chacun des ports.

Le dernier lien

Ainsi, depuis dix ans, et malgré une diminution par deux du nombre de bateaux adhérents, la radio maintient un lien essentiel au coeur de la communauté maritime. «Tout le monde peut écouter, à condition d’avoir un récepteur BLU. Les familles, mais aussi les anciens qui restent très attachés au métier». Les familles qui n’hésitent pas à appeler la station, installée depuis 2007 dans l’ancien hangar du canot de sauvetage au bout du port de Saint-Guénolé, quand un bateau n’a pas donné de nouvelles. «C’est vrai que ça arrive», explique Ivan Carval, opérateur de criée à Loctudy, délégué le temps de la vacation par la CCI, son employeur (lire encadré). «Il faut comprendre les familles. Si elles entendent que le bateau est en pêche, ou qu’il fait route terre, elles sont rassurées. Sinon, surtout quand le temps est mauvais, ça peut vite devenir l’inquiétude». Alors que les nouvelles technologies tissent leur toile jusque sur les océans, Radio Vacation Pêche reste le fil le plus parlant. «C’est le dernier lien partagé par tous. Un mail, un coup de fil satellite, c’est un échange entre deux personnes. Là, tout le monde est à l’écoute, tout le monde partage», sourit Pascal Boccou. Sur les ondes, c’est le tour des bateaux du Guilvinec. Beau temps, belle mer. À terre, dans quelque cuisine du Pays bigouden, des oreilles attentives se tendent vers le crachotement des nouvelles du large.

Pratique Tél. 02.98.58.57.56.
source: letelegramme.com