En utilisant la longueur d’onde et la polarisation de la lumière, une équipe australienne est parvenue à stocker l’information sur le matériau habituellement utilisé pour les CD et les DVD. En plus de la répartition des données sur la surface du disque et dans son épaisseur, le procédé apporte donc deux dimensions supplémentaires…

Grâce aux nanoparticules d'or, un même petit volume de l'épaisseur du disque peut engranger plusieurs bits d'informations si l'on utilise différentes longueurs d'onde et des variations de polarisation. © Peter Zijlstra / et al., Nature 459, 410 (2009)

Grâce aux nanoparticules d'or, un même petit volume de l'épaisseur du disque peut engranger plusieurs bits d'informations si l'on utilise différentes longueurs d'onde et des variations de polarisation. © Peter Zijlstra / et al., Nature 459, 410 (2009)

Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

Le disque optique à cinq dimensions existe… Des chercheurs australiens de la Swinburne University of Technology, Min Gu, Peter Zijlstra et James Chon, viennent d’en faire la description dans la revue Nature. Leur astuce consiste à utiliser des nanoparticules d’or, disposées au sein du matériau plastique constituant le disque.

Lire la suite