anatile3-nordeclairAnatole III, le ballon sonde s’est envolé dans le ciel, samedi. Une expérience menée par des enseignants et des élèves du lycée Anatole-France de Lillers.

Son vol était suivi depuis le PC, installé à la Maison de la nature Géotopia. Sur le site de lancement, élèves, professeurs, parents, spécialistes et curieux ont assisté aux préparatifs.
Le ballon sonde est composé d’une enveloppe très fine en latex gonflée à l’hélium (environ 6 m³), d’un parachute qui s’ouvre après le largage ou l’éclatement du ballon qui ramènera au sol les expériences en freinant la chute à 5 m/s, d’un réflecteur radar qui permet de visualiser le ballon sur les écrans des avions lorsqu’il traverse les couloirs aériens, et d’une nacelle en polystyrène qui comprend les expériences, le GPS, l’émetteur, l’anémomètre, des levures, un appareil photo et des capteurs pour retransmettre au PC toutes les données.

Conditions défavorables
L’envol s’est fait à 12 h 10. L’arrivée d’une perturbation a amené les organisateurs à avancer le vol. Les conditions climatiques ont amené les organisateurs à limiter l’altitude du ballon. Prévu à 27 553 mètres d’altitude, le largage de l’enveloppe a été effectif à 9 500 mètres. La durée de vol a été de 55 minutes et la distance parcourue 59,3 kilomètres. Le ballon a été retrouvé près d’Izegem un peu au nord de Courtrai. La nacelle était en bon état.
Anatole III est un projet collégial. Claude Quillet, Arnaud Richard tous deux professeurs de sciences physiques, 20 élèves de la classe de seconde 6 et 6 élèves de seconde 2 du lycée Anatole-France de Lillers composaient l’équipe technique. L’ARA62 (Association des Radioamateurs) avec Sylvie Delassus et Alain Verbruge, a aidé à la réalisation du projet ballon sonde pour les expériences.
Reste aux élèves maintenant à analyser les résultats de leurs mesures.