Née de la recherche à l’Université de Montréal, la matière première d’une batterie au phosphate de fer lithié (LiFePO4) est aujourd’hui utilisée par des milliers de véhicules motorisés électriques de petite taille (motocyclettes, vélos et fauteuils roulants) en Europe et en Asie.

« C’est une batterie révolutionnaire en ce sens qu’elle est faite de matériaux abondants dans la croûte terrestre et non toxiques et qu’on pourra produire à un prix peu élevé. Eventuellement, elle pourrait rendre la voiture électrique très intéressante sur le plan de la rentabilité », indique Michel Gauthier, chercheur invité au Département de chimie de l’université de Montréal. Dès cette année, une petite voiture 100% électrique roulera grâce à cette source d’énergie en Europe.

« Nous parlons d’une batterie beaucoup plus stable et sécuritaire. De plus, elle se recharge beaucoup plus rapidement que celles de la génération précédente », précise Dean MacNeil, professeur au Département de chimie et titulaire de la nouvelle Chaire industrielle CRSNG-Phostech Lithium en stockage et conversion d’énergie de l’Université de Montréal. Cette nouvelle Chaire, inaugurée le 27 avril dernier, permettra de découvrir des processus permettant d’améliorer le rendement de la batterie LiFePO4.
source: BE Canada