Voici un bref compte-rendu du lâcher du ballon stratosphérique « Dragonbal’Z » envoyé mercredi 13 mai.
La météo étant cette fois très favorable, le lâché à lieu depuis la cour du lycée Aragon à 10h15.
Le décollage vertical (sans vent) nous permet de récolter un grand nombre de photos du lycée.

La télémesure fonctionne à merveille. Seul sur les 8 voies de mesure, le capteur de pression semble défaillant (nous n’en avons pas encore étudié la cause).

L’ascension à duré 103 min, l’éclatement à eu lieu à plus de 27000 m, la chute 42 min et les radioamateurs ont récupéré la nacelle 153 min après l’atterrissage.
Toutes ces durées ont été fournies par le dictaphone, qui donne une foule de données à exploiter : Bien sûr la radioactivité pour lequel il a été installé, on constate une activité très importante en altitude (beaucoup plus que je ne l’aurais pensé !). Il indique aussi le rythme des prises de photos (on entend le relais fonctionner).
On observe aussi l’amortissement du son (les bips du dosimètre ont une intensité de plus en plus faible, quasiment nulle à 27000 m). Il montre le fonctionnement de la sirène commandé par le capteur de choc, elle s’est mise en route dès l’éclatement ! (alors que ce n’était prévu qu’au choc avec le sol, mais en y réfléchissant cela semble normal) .

A l’instant de l’atterrissage, on ne sait pas ce qui c’est passé, la sirène a émis un son continu alors qu’elle devait émettre par intermittence ! (A étudier).
A première vue, les 2 capteurs de lumière ne montrent pas vraiment que le ciel est noir dans la haute atmosphère, l’étude reste à faire.
Les 4 capteurs de température permettront de montrer l’influence des différentes parois contre le refroidissement.
Par contre, nous n’avons pu enregistrer que 10 min de vidéo au décollage : la carte mémoire de 256 Mo de test n’a pas été remplacée par celle de 2 Go qui avait été sortie pour visualisation et effacement après le premier lâcher !

L’appareil photo, compte tenu de températures mesurées supérieures à celles prévues, a pris des photos à un rythme trop rapide (le rythme dépendait de la température afin de prendre un maximum de photo au décollage et à l’atterrissage et d’en prendre moins en altitude) et la carte mémoire a été pleine au bout de 78 min, donc avant l’éclatement nous n’avons donc pas de photos de l’atterrissage ! Mais les photos, (très nombreuses !) sont magnifiques, on a eu la chance d’avoir une trajectoire idéale, avec un survol de Belfort et de Mulhouse sans trop de nuages.

Au global une grande satisfaction de ce deuxième lâcher.
Un grand merci à David qui nous l’a proposé et aux radioamateurs qui se sont déplacés une nouvelle fois, qui nous ont ramené la nacelle le jour même, ce qui a permis à la classe de travailler dès ce matin à l’exploitation de toutes les informations recueillies.
aragon

Ci-joint quelques photos (sur les 450) réduites de 50% , vous reconnaîtrez le lycée Aragon, Héricourt et son marché, Belfort (vue d’environ 3500 m), l’aéroparc de Fontaine ainsi que le péage et Mulhouse (vue d’environ 20000 m).

Alain Froidurot et la classe de 2nde du lycée Aragon