La rozière ressemble à s’y méprendre à une mongolfière ; sa particularité est que la portance est assurée par un mixte d’hélium et d’air chaud. À bord de cette machine, il a l’intention de traverser l’Arctique, du Spitzberg à l’Alaska via le Pôle Nord.
Deux programme de mesures sont prévus : le Co2 pour le Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement – CEA-CNRS, et le champ magnétique terrestre pour l’Institut de Physique du Globe de Paris-LETI-CEA.

Après avoir atteint le pôle en tirant son traîneau pendant 63 jours en 1986, dérivé quatre mois sur la banquise à bord du Polar Observer en 2002, il prépare ce vol pour avril 2010.

A cette occasion, le site fait peau neuve et sera alimenté régulièrement dans la rubrique Actualités.

Découvrir le nouveau site