Matignon avait pourtant donné son accord pour un quatrième entrant sur la téléphonie mobile. L’Arcep a rédigé et rendu depuis plusieurs semaines l’appel à candidatures. Mais rien n’y fait : le dossier semble bloqué et prendre beaucoup de retard. L’Elysée jouerait d’ailleurs un rôle majeur dans cette histoire…
(Publicité)
Tout était bien parti. Début janvier, avec un optimisme qu’on lui connaît rarement, le Premier ministre François Fillon annonçait que des fréquences pour un nouvel entrant sur la téléphonie mobile pouvaient être libérées. Le dossier roule, l’Arcep rédige et rend son projet d’appel à candidature début mars. L’attribution de la quatrième licence mobile aura donc lieu « avant l’été » affirme-t-on au gouvernement.

Pas de problème donc. Enfin, jusqu’à aujourd’hui, puisque le dossier n’a toujours pas avancé depuis début mars. Aucun signe du gouvernement. « Le tout est à la signature sur le bureau de Luc Chatel, avant publication au Journal Officiel, en stand-by…en attente du feu vert de l’Elysée » indique une source proche du dossier, relayée par La Tribune. Cette personne explique aussi que « Le dossier est bloqué. Le ministre de l’Industrie, Luc Chatel, a reçu la consigne de ne pas accélérer le dossier ».
Pression ? Pas pression ?…
Lire la suite