blast4

blast31PHILADELPHIA – Après deux années passées à l’analyse des données de BLAST, le Ballon-Telescope, les physiciens ont fournis les premiers résultats.
L’étude, publiée dans la revue Nature, révèle que l’origine des galaxies serait de l’ordre de 7 à 10 milliards d’années-lumière.

L’étude combine des mesures à des longueurs d’ondes inférieures à 1 millimètre avec des données à des longueurs d’onde beaucoup plus courte que l’infrarouge. Les résultats confirment que tous les « Far Infrared Background » proviennent de galaxies lointaines.
BLAST est un instrument avec un miroir de 2 mètres.

Rappel: Le Canada et trois pays partenaires, c’est-à-dire les États Unis, le Royaume-Uni et le Mexique, ont réalisé une expérience dans le ciel de l’Antarctique. Suspendu à un énorme ballon d’hélium, un télescope de 2 tonnes appelé BLAST (Balloon-borne Large Aperture Sub-millimetre Telescope) scrute l’espace dans le but d’étudier les étoiles et les galaxies lointaines.

Lancé de la station de recherche McMurdo en Antarctique, le 21 décembre 2006, BLAST devait voler pendant un maximum de 10 jours, décrivant des cercles à une altitude de 38 000 mètres dans la stratosphère autour du continent de glace. Le télescope de 2 mètres offre un niveau de précision et une résolution d’images encore inégalés par les observatoires terrestres.

Cette mission devait permettre de trouver réponse à certaines questions fondamentales sur la formation et l’évolution des étoiles et des galaxies. BLAST est destiné à observer de nombreuses galaxies éloignées qui abritent des pépinières d’étoiles, à étudier les premières étapes de la formation des étoiles et des planètes et à élaborer des cartes à haute résolution du rayonnement galactique diffus.

Le Canada a fourni la nacelle, le système de contrôle de guidage, le système de collecte des données, les logiciels de bord et des stations terrestres, le système d’alimentation et l’intégration globale des systèmes.

La vidéo de promotion de BLAST:

+ d’infos