sudouestDe toute la France, de nombreux radiofilistes ont participé à l’exposition-bourse radio, qui s’est tenue le samedi 14 mars, à Soubise. À l’initiative des associations Radiofil et du Réseau des émetteurs français (REF), Jean-Paul Delattre de Port- des-Barques, un inconditionnel, a mis sur pied cette journée orientée sur l’histoire de la radio.

Pour la plupart en bois, ventrus et imposants, équipés de multiples boutons, ces postes n’ont rien à voir avec les baladeurs FM ou MP3 d’aujourd’hui ; ils attirent l’oeil du visiteur par les souvenirs qu’ils évoquent. « C’était la radio de grand-papa, quand on se retrouvait autour du poste familial pour écouter les petites ou les grandes ondes, et il y avait aussi ceux moins nombreux qui expérimentaient les ondes courtes à l’aide d’équipements amateurs. »

Le morse à 80 ans

Des radios amateurs qui présentaient leur matériel, des postes de transmissions hertziennes qui ont permis au début du siècle de sauter les frontières. Et aussi, une étonnante Yvette Goy, doyenne de l’exposition qui sait toujours taper le morse à 80 ans ; elle travaillait à l’époque au service des transmissions de l’aviation en Algérie.

Michel Benaud de Toulon présentait la collection Gody, du petit-fils d’Abel Gody pionnier de la TSF (transmission sans fil) dans les années 1900, avec un surprenant Gody Psyché, dont le brevet déposé en 1930, permettait d’afficher la station grâce à un miroir qui réfléchissait le cadran quand on plaçait l’appareil en hauteur.

« C’est une exposition qui reflète les débuts de la radio et la vigilance des collectionneurs pour garder ce patrimoine », soulignait Daniel Werbrouck, président national de Radiofil, en faisant visiter les différents stands aux maires de Soubise et Port des Barques, Robert Chatelier et Jacky Laugraud.

SUD OUEST | Samedi 28 Mars 2009