Un radar Haut Saônois pour la surveillance des espions en orbite dans le ciel français.  16/06/2007 03:04:18

publié par: F1SRX


Un aperçu du système d’antenne de l’émetteur de Broye les Pesmes (photo de http://www.onera.fr)

Plus de 9000 objets tournent autour de la terre !

Le nombre d’objets volants qui passent au-dessus de nos têtes est impressionnant ! Nous avons l’habitude de voir ou d’entendre des avions de l’aviation Civile et Militaire survoler le territoire Français, nous avons entendu parlé des ballons sondes lancés par les centres météo (au moins 14 ballons par jour pour la France) mais il y auraient plus de 9000 objets spatiaux qui tournent autour de la terre ! Il s’agit de satellites, d’étages de lanceurs, et de débris divers.

Radar de surveillance Haut-Saônois

Autant d’objets qui, d’après les autorités militaires, pourraient devenir dangereux et qui pourrait nuire à la sécurité de notre Territoire. C’est dans ce sens que l’ONERA (Office National d’Études et de Recherches Aérospatiales) a mis en place un système de radar bistatique appelé « GRAVES » (Grand Réseau Adapté à la VEille Spatiale). Ce système radar, unique en Europe, est constitué d’un émetteur situé à Broye les Pesmes (70) et d’un récepteur situé à 400 km, sur le plateau d’Albion.

Il est prévu pour détecter les objets de taille supérieure à 1 m2 qui évoluent dans le ciel entre 400 et 1000 km d’altitude. En fait, ce sont les satellites à orbite basse qui sont visés Le radar a été mis en service fin 2005 et son principe est simple : l’émetteur envoie, dans un secteur précis, une onde qui, une fois réfléchie sur l’objet volant, sera reçue par le récepteur déporté.

Des satellites non identifiés au dessus de nos têtes ?

Depuis, ce système a détecté et identifié des milliers d’objets volants. Mais il reste encore plus de 20 satellites qui n’apparaissent pas dans les catalogues officiels fournis par les américains, qui disposent d’un système de repérage encore plus sophistiqué !

Y aurait il des satellites espions au-dessus de nos têtes.

Interrogé à ce sujet, un des responsables du projet déclarait : « nous avons discuté de nos résultats avec nos collègues américains et nous avons souligné les différences entre ce que nous avons observé et ce que le réseau américain de surveillance de l’espace avait publié. Ils nous ont dit que si ce n’était pas dans le catalogue, c’est que ces satellites n’existaient pas ! Donc je pense que nous observons des objets qui n’existent pas… Mais je peux vous dire que certains de ces objets « non existants » ont des panneaux solaires … ! »


Antennes, fréquences et réflexions sur ISS …

Les antennes de l’émetteur sont constituées de quatre groupements d’antennes de type Yagi. Chaque groupement émet à tour de rôle un signal dont la porteuse (143.050 Mhz) est continue. D’ailleurs, si vous écoutez cette fréquence, vous noterez des différences de signal dues à cette commutation.

Le système d’antennes du récepteur est constitué d’un disque métallique supportant 100 antennes verticales. Le signal est ensuite traité et la phase analysée afin de connaître l’angle d’arrivée de la réflexion.


Le site de Broye les Pesmes. On aperçoit nettement la disposition des 4 groupements d’antennes. (source : http://www.geoportail.fr)


Les écouteurs Francs-comtois et des régions voisines pourront facilement capter le signal en direct, la puissance de l’émetteur étant très grande. Par contre, si vous êtes plus éloigné de l’émetteur, vous pourrez alors tenter de recevoir l’écho du signal en visant, par exemple, la station spatiale Internationale comme l’a fait Rob PE1ITR (voir sous http://www.itr-datanet.com/~pe1itr/graves )

publié par: F1SRX