Un rapport de l’IARU signale des perturbations provoquées par le radar trans-horizon (OTR) français Nostradamus avec un point fort le 28 juin à 17h00 UTC. 33,3 impulsions par seconde sur 400 Khz de bande perturbée jusqu’à la fréquence 14.350 Khz.

Enregistré par DK2OM avec Wavecom W61, Perseus ou Multipsk

Enregistré par DK2OM avec Wavecom W61, Perseus ou Multipsk

Vous pouvez écouter l’enregistrement effectué.

Info: DK2OM

Le radar transhorizon Nostradamus
A défaut de pouvoir prédire les grands évènements futurs comme le faisait, du moins certains l’affirment, son célèbre homonyme, il y a quelques siècles, le radar Nostradamus est capable de détecter n’importe quel aéronef situé entre 700 et 2 000 km de distance, ceci sur 360°.

Implantation d'un réseau d'antennes transhorizon, base Nostradamus. (Photographie : Stéphane Muratet) copyright © ONERA 1996-2006 - Tous droits réservés

Implantation d

Nostradamus est un radar en forme d’étoile de trois bras d’environ 400 mètres de long, chacun d’eux étant constitué de 96 antennes biconique baptisées « Diabolo », disposées d’une manière aléatoire sur le sol. Cette disposition particulière sur une cinquantaine de mètres de largeur permet de mieux contrôler la formation de faisceaux à l’avant et à l’arrière.

Le réseau souterrain de NOSTRADAMUS.

Le réseau souterrain de NOSTRADAMUS.

Dans le sous-sol, trois tunnels, longs de près de 80 mètres chacun, abritent les émetteurs.

On sait depuis longtemps que les ondes de fréquences relativement basses, c’est-à-dire au-dessous de 30 MHz, présentent la particularité de se réfléchir sur l’ionosphère. C’est grâce à la propriété de cette couche de l’atmosphère que les radio-amateurs communiquent entre eux en ondes courtes. De là les chercheurs ont imaginé d’utiliser ces ondes HF afin de concevoir un type de radar baptisé « transhorizon » qui comme son nom l’indique est capable de détecter une menace située au-delà de l’horizon.

Nostradamus représente le moyen de surveillance pour lequel le rapport coût/ performance est le plus intéressant. Il pourrait aussi être utilisé pour mener des études ionosphériques, dresser l’état de la mer ou des courants marins, repérer et suivre des bateaux en perdition, détecter des météorites.

source: ONERA